Site officiel de l'office de tourisme

Espace Pro

Pierre André de Suffren

Pierre André de Suffren (1729–1788).

Commandeur de Saint-Christol, "le Bailli de Suffren" marque le XVIII° siècle en se révélant comme véritable stratège des mers, participant à toutes les batailles des Indes à l'Amérique. Il donna son nom à pas moins de 7 bâtiments de guerre dont un sous-marin nucléaire d'attaque.

Né en 1729, dans une famille nombreuse au château de St Cannat près d’Aix-en-Provence, Pierre-André de Suffren, dit « le bailli de Suffren » est issu d’une famille de juristes et d’armateurs.

Destiné à la marine, il deviendra l’un des marins les plus importants du XVIIIe. Personnage pittoresque, à l’accent provençal prononcé, doté d’un fort caractère, aimé et respecté par ses hommes, cet amateur de bonne chère et de bon vin, fut un redoutable stratège des mers et participa à toutes les grandes batailles navales des Indes à l’Amérique. Il prend le commandement du Singe en 1765, chebek élégant, armé à Toulon qui lui permet de démontrer tous ses talents en Méditerranée. C’est son bateau fétiche et son premier commandement, il gagne avec lui ses premiers galons de futur vice-amiral de la marine royale à 36 ans… Surnommé par les anglais « l’Amiral Satan », il a donné son nom à 7 grands navires de guerre dont un sous-marin nucléaire d’attaque en 2017. Il fit également carrière dans la flotte de l’Ordre de Malte. Chevalier de l’Ordre, Commandeur puis bailli en enfin ambassadeur. Il meurt à Paris en 1788 dans des circonstances mal définies.

Le bailli de Suffren peint par Pompeo Batoni.

Le Bailli de Suffren et la commanderie de Saint-Christol.

En 1771, le Grand maître de l’Ordre lui octroie la commanderie de Saint-Christol pour services rendus. Il gardera le titre de commandeur de Saint-Christol jusqu’en 1787. Créée au milieu du XIIe siècle, cette commanderie est l’une des premières et des plus importantes au moyen-âge. Son terroir exceptionnel et singulier permet aux commandeurs successifs d’y développer une viticulture de qualité. Elle comprend divers biens dont la commanderie de Jalhès en Ardèche, ou Suffren pourra recevoir ses amis dans un château en bon état. Grâce à sa correspondance avec son amie de 40 ans Mme d’Alès, on peut se rendre compte de sa personnalité. Lorsqu’il prend la commanderie, il lui avoue se sentir pour la première fois chez lui dans son fief. Sa position dans sa fratrie ne lui avait permis d’hériter d’aucun bien. Il confie la commanderie à son neveu, le seigneur de Boissières. Puis en relâche entre deux batailles, il arrive à Saint-Christol en 1775 pour visiter son fief et l’administrer. Son séjour lui fait prendre conscience de la qualité du vignoble qu’il s’emploie alors à faire valoir. Il recrute un intendant et avec lui va décupler le rendement du vignoble et d’autant ses revenus. Son bateau amiral est pourvu d’un maitre cuisinier et d’un sommelier, il y reçoit les plus grands dans le monde. Ambassadeur de l’Ordre de Malte auprès du Roi de France, il devient également ambassadeur du vin de Saint-Christol qui obtient un droit de marquage des tonneaux (ancêtre de l’AOP) à l’exportation en 1788.

OTPL - Coteaux depuis Lérins