Site officiel de l'office de tourisme

Espace Pro

L'histoire du Muscat de Lunel

Depuis l'antiquité...

... l’introduction de la vigne sur les côtes occitanes est généralement attribuée aux navigateurs et marchands grecs dans la région d’Agde vers 600 avant Jésus Christ. Ces populations ont planté de plus en plus de vignes, développé des techniques culturales, la pratique de la taille, amélioré les cépages. Grâce à eux, le commerce du vin a pu se développer jusqu’à connaître un essor considérable lors de la colonisation romaine. Sur le site d’Ambrussum, des résidus de combustion témoignent de la présence de bois de vigne qui servaient dès le IIème siècle avant notre ère au chauffage des fours à pains. D’après certaines thèses, la première vigne connue de l’homme aurait été un Muscat. Ce qui est sûr, c’est que ce cépage n’est pas assimilé aux autres. C’est au XIIIème siècle qu’Arnaud de Villeneuve découvre le secret des vins mutés qui est à l’origine de l’élaboration des Vins Doux Naturels. L’apparition du vin Muscat au moyen âge en tant que produit commercialisé semble être la redécouverte d’un potentiel régional suivi de sa mise en productivité à des fins financières bénéficiant d’un environnement favorable dans un contexte d’essor général, de changement de société, de goût, et de désirs nouveaux.

Grâce au relâchement des liens féodaux (départ à la croisade de nombreux seigneurs), à l’instauration de communes et à la constitution du Tiers Etat, de nouvelles classes sociales ont pu accéder à la propriété donnant ainsi un élan nouveau à la viticulture.

Les templiers, les chevaliers de malte, un peu dans la continuité de l’action des bénédictins, joueront un rôle important dans la viticulture en amenant des connaissances acquises dans des pays dit exotiques. A Lunel, la baronnie érigée vers 888 s’étend du Bérange du Vidourle et de Saint–Sériès à la mer – Canal de la Roubine et Port de Lunel avec un important dépôt de sel et d’autres productions (blé, vin, muscat). Le muscat a été très apprécié dans les cours à tel point que Jeanne d’Evreux femme de Pierre IV d’Aragon ne voulait rien d’autre comme vin que du Muscat. L’événement déterminant de l’essor du Muscat a été l’établissement de la papauté en Avignon.

Quand en 1647, le prince de Conde fit halte à Lunel, il lui fut servi du Muscat.

Il en fut de même au cours des trois passages de Louis XIII à Lunel qui reçut lui aussi son Muscat ainsi que Richelieu et Mazarin.

A Lunel-Viel, sur le compoix de 1604, le Muscat se trouve au nord du village sur les vallonnements aux galets ocres et roulés ; le diluvium alpin. On le trouve au Pioch de Larboux – Costebelle – Les Devezes – les parcelles dépassent rarement un hectare.

Au XVIIIème siècle on défriche la garrigue et le Muscat se développe à Lunel – Lunel Viel et Saturargues, quant à Vérargues, la culture de la vigne y est diffuse, la garrigue dominant sur cette commune.

En 1750, Jean Jacques Rousseau le qualifie de meilleur Muscat d’Europe. C’était aussi l’avis en 1760 du voyageur anglais Sterne. C’est à cette époque que l’abbé Bouquet va donner un essor au Muscat à Lunel-Viel. D’après un document de 1768, le Muscat faisait l’objet d’une classe à part « espèce de vin fort renommé mais récolté qu’à Frontignan et Lunel-Viel ».

Au XIXème siècle...

... le Muscat de Lunel est un des trois vins que Pauline Borghese faisait envoyer à son frère Napoléon Bonaparte à Sainte Hélène. Dés 1841, l’histoire du Muscat de Lunel est liée à celle de François Sabatier d’Espeyran et de son Château de la Tour de Farges où il vint alors habiter. Encouragé par sa femme Caroline Ungher, cantatrice de grand renom, le producteur de Muscat peut faire apprécier et vendre ce vin en Allemagne – Autriche – Russie.

D’autre part, François Sabatier d’Espeyran avait des contacts à Paris avec des célébrités comme les Frères Goncourt. Il reçut à Lunel Viel, Gustave Courbet , Jules Michelet et Karl Marx. C’est surtout au moment de la lutte contre le phylloxéra que François Sabatier d’Espeyran apportera toute sa volonté, son temps et sa clairvoyance au service du Muscat de Lunel. En 1872, une médaille d’argent récompensera le vin doré récolté sur les tènements de Sainte  Catherine (il s’agissait de Paul Ensuque de Lunel.

Les temps modernes...

Sous le Président Carnot, le Muscat de Lunel figurait au menu de l’Elysée. Le début de la belle époque ne fut pas une période faste pour les vins de qualité et les Vins Doux du Languedoc (oïdium, mildiou). Ayant survécu au phylloxéra puis victime des vins à gros rendements, les surfaces en Muscat diminuent. Il ne reste alors que quelques producteurs dont Clément Daudet est un des plus importants.

Un nouvel essor en 1929, au Mas de Fourques que Jean Hugo vient d’hériter de sa mère.

Au Château de la Tour de Farges on relance le Muscat grâce à Joseph Pommier, régisseur de la famille Sabatier d’Espeyran. En septembre 1942, sous l’impulsion de Noël Chevallier, une demande d’appellation d’origine de ce cru avait été adressée au service compétent.

Le 27 octobre 1943, un décret reconnaissait et réglementait cette nouvelle appellation. Ce n’est toutefois qu’en 1955 que les premières concertations véritables auront lieu dans le but de créer une coopérative de vinification et de ventes.

Elle fût créée en 1957 dans la cave du Château de la Devèze avec une récolte de 319 Hectolitres 08 de Muscat pour une surface de 12 hectares et de 9 adhérents. La Coopérative ne sera à sa place actuelle qu’en 1965.